BARRANSKD, ou la naissance d'un démon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

BARRANSKD, ou la naissance d'un démon

Message  tof le Sam 31 Jan - 14:37

Le warp, l'immatérium, fruit du chaos.

Il a vu le jour lorsque les hommes ont découvert les sentiments néfastes à leur propre existence, tel que la colère, la haine, l'envie et même la luxure. Ces choses d'apparences anodines, non palpables de prime abord, dégagent un FLUIDE volatil, inodore et incolore, lorsqu'elles se matérialisent par des faits ou des actes.
L'homme est fait pour se détruire, s'annihiler, toujours à inventer une arme plus puissante que son voisin, une machine plus dévastatrice que son voisin, un pouvoir psychique plus violent que celui du voisin. Lorsque ces forces, ces armes, ces machines se rencontrent, elles déversent violences et chaos. LA MORT.
L'empereur, malgré le nombre grandissant de peuples, tous issus d'une mutation génétique encore plus violente a chaque fois, et malgré l'émergence des machines, voulait conserver son pouvoir. Pour ce faire il fallait durcir les règles, quittent à faire la guerre, seule chose palpable que les gens comprennent, quelque soit leur origine ou leur nature, LA LOI DU PLUS FORT.
Grâce à l'adeptus mechanicus, qui lui construisit le trône d'or, il développa de nouvelles facultés, mentales cette fois, au détriment de son enveloppe charnelle. Ces facultés lui permirent de maintenir un certain ordre dans son empire, grâce à une emprise psychique sur ces peuples, et lorsqu'une rébellion pointait son nez, la venant voir venir de très loin, pouvait aisément la contrer en envoyant ces forces armées au combat.
Malheureusement ce qu'il ne voyait pas venir se trouvait pourtant non loin de lui, au dessus de sa tête. Isolé dans le Sanctum Impérialis, il ne voyait pas qu'à chaque pensée négative, à chaque ordre de marche qu'il donnait, se dégageait ce FLUIDE. Alimenté par les guerres, les batailles, se formait doucement au dessus de la tête de tous ces intervenants aussi cupides les uns que les autres, le WARP.
Arrivé à maturité, lui même donna naissance à quatre personnages, quatre âmes, quatre dieux.
Chacun avait hérité, des êtres insignifiants se querellant sous leurs pieds, de plaies de l'humanité.
Nurgle, l'immonde, déverse maladie, épidémie, décrépitude et purulence, là où il passe, il ne reste qu'une immonde terre où ne pousse que champignons et plantes nauséabondes.
Slaanesh, le perfide, se faisant passer pour un autre de ses comparses ou attirant sa proie par le plaisir, la luxure.Là il en profite pour nécroser de l'intérieur, paralysant la source du système névralgique de sa proie,il en fait sa chose.
Tzeentch, le magicien, déclenche des guerres pour le plaisir d'ensorceler le plus faible, et de finir par le tuer.
Et Khorne, le dernier des quartes, le pire de tous, le plus puissant de tous, alimenté par la mort. Les guerres d'en dessous on fait de lui une puissance insurmontable, un maîtrisable, il n'aime que le sang et en redemande, a le rendre fou.

Tant que les mondes d'en dessous se faisaient la guerre, ces quatre là étaient les plus heureux, chacun y trouvait son compte. Malheureusement, les guerres finissent par trouver une fin, temporairement je vous l'accorde, mais une fin tout de même. Et lorsqu'il y eu le calme, nos quatre dieux ne purent plus s'amuser, prendre leur pied. Alors ils eurent l'idée de descendre du warp, pour aller voir par eux même comment ces mondes étaient réellement fait. Et surtout, aller chercher à la source leur raison d'être. Mais une chose les arrêta, tout le monde aller savoir qu'ils existaient, alors ils décidèrent de ronger leur frein, de patienter, d'attendre la prochaine incartade.
Mais s'il y a une chose que Khorne ne pouvait pas faire, c'était d'attendre, l'envie de sang était plus forte que la raison, il lui en fallait, quitte a m'être a jour ce que tous ignorent. Cependant pour descendre, il fallait devenir charnel, en vidant ces ressources propre de sang, il accoucha de BARRANDSK.
Un être puissant et doté d'une férocité, et d'une violence inégalée à ce jour. Il mesurait pas loin de six mètres de haut, et de deux mètre cinquante d'envergure d'épaule. Un monstre, un corps sculptait à la testostérone, une musculature qui aurait fait pâlir Schwarzie, des muscles si proéminents que les veines rouge vif en sortaient, prêtent à exploser si la pression était trop forte. Ses pieds et ses doigts se terminaient par des griffes acérées, taillant comme des coupes choux, et dans son dos se déployées des ailes d'une envergure de vingt mètres, même une ombre ailée de Nazgul ne peut rivaliser. Le tout surplombé d'une tête sortie tout droit de l'enfer, une crâne allongé sur l'arrière, des dents longues est pointues, suintant de sang. Deux cornes partant du dessus du crâne, et descendant sur les joues, puis repartant vers l'extérieur, avec les quarante premier centimètres en partant de la pointe, noir intense et aiguisés de telle sorte, que quoiqu'il se présente sur elle, est taillé aussi proprement qu'au bistouris. De par et d'autre de la mâchoire, partent de petites cornes toutes aussi dangereuses que les grandes. Et ses yeux, des yeux d'un rouge vif, et lorsque la colère monte, un feu jaune intense les irradient, et toute la violence de Khorne jaillit des yeux et des nasaux.
Quittant le Warp à la demande de son maître afin de lui permettre d'assouvir son vice, il répandit la mort et la peur dans tous les endroits. Muni d'un fouet de quinze mètre dans la main gauche, et d'une chaîne, de vingt mètre dans l'autre, pourvue de pointe tous les vingt centimètre, il possédait les armes nécessaires pour collecter du sang et des crânes pour son maître. Ravageant tout sur son passage, réduisant en poussière tout ce qui était matériel, et ne laissant que néant derrière lui, il n'allait pas tarder à anéantir le monde. Aucune arme, aucun psyker n'était assez puissant pour l'arrêter. A chaque fois qu'il tuait quelqu'un, qu'il détruisait une habitation, Khorne devenait de plus en plus puissant.
Les autres ne pouvait le laisser ainsi faire à sa guise, ils leur fallait trouver une solution pour le maîtriser, afin que eux aussi puisse se nourrir de la cupidité des hommes, et surtout qu'ils ne deviennent pas les esclaves du dieux du sang.
Eux qui ne peuvent se sentir, allait devoir travailler de concert pour arriver à leur fin.Profitant des pouvoirs pshychiques de Tzeentch, ils prirent contact avec l'empereur, lui faisant une offre qu'il ne pouvait refuser.Ils lui livrerait BARRANDSK, en contre partie, une fois reconstruit ce qui était détruit, l'empereur les laissait jouir de la nature des hommes et des autres peuples. L'empereur ne sachant comment mettre un terme à la folie meurtrière du bras droit de Khorne accepta, moyennant une requête, plus aucuns démons ne devaient quitter le Warp pour répandre son pouvoir sur les planètes du monde. Les trois acceptèrent, mais pouvait on leur faire confiance, peut faire confiance à ces dieux, l'avenir, seul, pouvait le dire.
Lorsque BARRANDSK rentra d'une de ses campagnes pour en rapporter le fruit à son maître il fut attiré par une peloton de harpies. Que pouvaient ils bien faire dans le Warp, il n'en avait que faire, c'étaient des têtes supplémentaires à ramener au maître. Mais lorsqu'il fut à portée de main une étrange sensation le prit au niveau de la moelle épinière, le feu jaillissant de son nez et de ses yeux s'arrêta aussi net, ses mains ne pouvaient se refermer sur les ailes d'un de ces harpies. Ses jambes devinrent lourdes, elles ne répondaient plus à ses commandements, ses ailes se figèrent, et le froid remplaça peu à peu le feu ardent qui l'animait. Que se passait il? Pourquoi son pouvoir l'abandonnait? Les harpies disparurent, et trois visages bien connus prirent leur place. Pourquoi les autres dieux venaient à sa rencontre, et où les harpies c'étaient volatilisés.
"Sens tu le froid t'envahir?" Lui demanda Slaanesh. "C'est une de mes tentacule qui en ait la cause, elle s'est logée a l'embase de colonne vertébrale. Tu vas maintenant d'endormir, et lorsque tu rouvrira les yeux tu ne seras plus ici, tu seras prisonnier, tu serviras de cobaye aux hommes." Tous trois se mirent à rire. Il se rendit alors compte du stratagème mît en place pour le duper, il s'en voulait d'être tombé aussi facilement dans ce piège si flagrant.
L'empereur reçu la première part du marché, c'était trop beau pour lui, il confia le prisonnier à l'Inquisition qui avec l'aide de l'Adeptus Ministorium, qui d'ordinaire ne se parlent pas, mais lorsqu'il y a un os aussi important à ronger, pourquoi ne pas cohabiter. Ils auraient raison des possibilités militaires et génétiques qu'il représente.
Dans le Warp, la coupure d'approvisionnement en sang et en âmes allait bientôt avoir raison de Khorne, qui s'affaiblissait de jour en jour, il avait comprit quel complot s'était joué de lui, il savait qu'il allait perdre sa place de seigneur parmi les seigneurs, mais c'était mal le connaître, il voyait les trois autres rigoler de lui, mais il aurait sa revanche, dans combien de temps il l'ignorait, mais ce qui est sûr, le jour où elle arriverait, ces premières cibles ne seraient autres que ses colocataires. Ce jour là, lui rigolerait, et prendrait le temps de les torturer jusqu'à ce qu'il l'implore de les volatilés à jamais, il les enverraient se perdre dans le Warp et ne jamais pouvoir revenir.
avatar
tof

Messages : 362
Date d'inscription : 18/04/2011
Age : 39
Localisation : saint fort sur le né

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Suite

Message  tof le Sam 14 Fév - 3:42

Une lumière aveuglante, une image floue, puis le noir. Son cerveau ankylosé commença à se réveiller. De nouveau cette lumière aveuglante, mais l'image commence à avoir des contours un peu plus net, ses yeux ont du mal à absorber cette lumière d'un blanc intense, vierge, et ses pupilles ont des difficultés à faire le point. Que se passait il? Où était il? Il avait l'impression d'avoir dormi une éternité, il ne se souvenait de rien. Les contours commencent à prendre forme, la lumière se fait moins désagréable, des silhouettes floues bougent devant des grands cubes verticaux, il n'arrive pas encore à bien distinguer les choses. Il a froid, pourquoi? Est ce le fait d'être hors de son enfer natal, il ne peut encore savoir, les choses se bousculent dans sa tête, son cerveau s'est remit en route et il envoie des informations dans tous les recoins afin de remettre tout ce petit monde aux bons endroits.
Des images lui reviennent, les dieux, les trois autres dieux, le piège, les rires de ces fumiers qui retentissent dans son crâne déclenche une montée de colère qui..... Et rien, mais que lui arrive t'il? Avec la colère devrait venir la chaleur, le feu et enfin la rage de tuer, mais là rien, Pourquoi? Qu'est ce qui cloché?
Il ouvrit a nouveaux les yeux, il y voyait enfin clair, une grande salle, des murs hauts, dans une matière qu'il ne connaissait pas, mais qui avait l'air dense et robuste. La pièce était de couleur froide, pas de formes, un cube, au plafond se trouvait de grands et longs rails de lumière, une lumière blanche et vive. Il essaya de baisser la tête pour regarder par terre, sans succès, elle ne répondait pas à son ordre, idem pour ses membres, rien ne semblait vouloir lui obéir. Il força sur ses yeux afin de regarder par terre ce qu'il y avait. Un sol en carrelage noir, de grande console où gigotait des lumières de différentes couleurs et de différentes formes, sur différents écrans. Des êtres étaient devant tous ces écrans, il les apparenta à des hommes, de part leur forme, comme ils étaient vêtus d'une espèce de combinaison blanche avec pour seul visage un masque à gaz. Ils étaient pour certains immobiles devant les écrans de contrôles, d'autres à ses pieds en train de le regarder, et en même temps en train d'écrire sur des tablettes, et d'autres..... Mais que se passe t'il? Une main vint se placer devant ses yeux, elle bougeât de haut en bas, que faisait elle là, aucun homme n'est assez grand pour faire ça. En décalant ses yeux sur sa gauche, il découvrit un bras, puis un masque à gaz, a l'intérieur duquel il vit des yeux le regarder fixement, et un corps posé sur un pont métallique, lui même raccordé à une espèce d'échelle. Un échafaudage métallique, voilà pourquoi cet homme était capable d'être là, devant ses yeux, mais qu'est ce que c'était que se foutoir. D'où les hommes pouvaient ils s'être permit de le défier comme cela, et que faisait il ici, qui étaient ils?
Il se souvint que les dieux avaient eu une conversation avant qu'il ne s'endorme, ils ne devaient pas se douter qu'il entendait quoique se soit, ça y est, ça lui revenait, il était question d'un accord, un accord entre eux et l'empereur, mais c'était flou, les mots n'étaient pas dans le bon ordre, il en manquait. Livraison, première part de marché, empereur, accord, tout ça se bousculait dans sa tête, il cherchait à se souvenir, il forçait son cerveau a se souvenir. Il y était, ils avaient passé un accord avec l'empereur, et il était la première partie du contrat, la teneur et le pourquoi de l'accord, il l'ignorait, mais il le découvrirait un moment ou à autre, et le plus vite serait le mieux.
Tous dans cette salle étaient plus ou moins occupaient à leur taches, ils ne discutaient pas entre eux, certains faisaient des aller retour entre lui et les pupitres des consoles pour y déposer des documents à l'attention de ceux qui étaient assis devant ces écrans, mais personne ne lui parlait, personne ne le regardait, à part cette femme, les yeux rivés sur lui depuis le début, impassible, les bras croisés, et autour d'elle d'autres femmes, dans une tenue différente,qui étaient elles? Et pourquoi n'étaient elles pas en blouse blanche comme les autres?
Celle qui le regardait était brune, les cheveux légèrement bouclés, un visage d'ange, mais avec une expression assez sévère, lui n'en avait cure, mais les autres hommes semblait la craindre, un seul s'en approchait pour lui parler, mais ça ne durait que quelque secondes et il repartait aussi vite qu'il était venu à sa place. Elle portait une sorte d'armure dorée, ce qui lui parut bizarre pour une femme, on aurait dit une armure de chevalier, et derrière sa tête se dressait un cercle métallique étoilé, comme un soleil, et deux anges tenaient une cape rouge dans son dos.
Les autres femmes, qui se tenaient autour d'elles étaient armées, sa garde rapprochée certainement. Elles portaient une armure noire à reflets bleu, une cape rouge descendait le long de leur jambes, et dans le dos se trouvait des caissons de munitions et d'oxygène. Certaines portaient des masques, qui leur obstruaient complètement ou partiellement le visage, et elles avaient toutes la même coupe de cheveux, des cheveux blancs avec un carré plongeant, et toutes étaient équipées d'un fusil bolter et dans pistolet sur la cuisse.


BARRANDSK se trouve en réalité dans un hangar sous terrain, il est dans une salle dédiée aux expériences et aux stockages des biens tenus secret par l'Adeptus Ministorium, en d'autres termes, l'ecclésiarchie. A l'image de notre Vatican, ils ont apprit avec le temps à préserver et tenir secret bon nombre de choses, de documents et autres. La femme en armure dorée, n'est autre que sainte Célestine, la meilleure de leur branche armée, celle qui livre bataille pour eux, au nom de l'église bien sûr, elle commit bon nombre d'atrocités, notamment pendant la croisade palatine, qui lui valut une canonisation, sacre suprême pour une personne d'église. Les autres femmes ne sont ni plus ni moins que sa garde rapprochée et ses meilleures élèves, les sœurs de bataille.
Si sainte Célestine est là, c'est pour surveiller que les opérations se passent bien. Vous allez me dire mais de quoi je parle. En fait, lorsque BARRANDSK, fut livré, et si l'empereur avait accepté, c'était pour mener des expériences sur lui, savoir s'il y avait moyen de profiter de cet accord pour en savoir plus sur les démons du chaos. Il fut confié à l'Adeptus Ministorium dans cet unique but, l'Inquisition fournirait la main d'œuvre, une main d'œuvre triée sur le volet par l'ecclésiarchie et qui serait enfermée jusqu'à la fin des expériences dans une seule et même salle. Il n'était pas question pour l'Adeptus Ministorium de dévoiler à d'autres ce qui se déroulait dans leurs infrastructures, et encore moins à l'Inquisition.
BARRANDSK fut par conséquent amener dans cette salle, ils le placèrent en cryogénie, cela explique notamment pourquoi aucun des ses membres ne répondent à ses ordres et pourquoi le feu qui pourrait l'animer ne le peut. Sainte Célestine est chargée de la supervision des opérations, et une fois par jour, en général le soir, elle quitte la salle avec sa garde, pour aller rendre compte à sa hiérarchie, au maître suprême de leur ordre,le guide spirituel de l'humanité, de l'avancée des opérations, sauf que pour l'instant, il n'y en a pas, d'avancée. Pour une raison encore indéfinie les résultats des analyses sanguine et autre ne donne rien, pas le moindre début du commencement d'une idée. Ils n'arrivent pas à dissocier les éléments constituant son ADN, donc pour l'instant aucune piste exploitable. Cela faisait déjà quelques années que la blague avait commencé, le maître suprême et sainte Célestine étaient excédés de l'incompétence de l'inquisition, ils allaient se débrouiller seuls. Lorsque sainte Célestine pénétra dans la salle, elle rassembla tout les membres de l'Inquisition sous ses ordres, mais au lieu de les renvoyer chez eux, elle sortit une épée à deux main, sauf pour elle, elle la manie a une main, la lame ardente. Et d'un coup elle trancha toutes les têtes devant elle, en une passe elle décapita vingt personnes. Il n'était pas question de renvoyer ces incapables dans leurs pénates, ils devaient récolter le fruit de leur inaptitude. Les corps furent ramassés et elle fit rentrer une escouade de sœurs hospitalières, bien que leur mission principale soit d'assurer le bien être et de prodiguer les soins à l'armée de l'Adeptus Ministorium, en mission secondaire figure dans leur prérogatives, la torture, qu'elles affectionnent tout particulièrement. Toutes ces compétences cumulées devraient aboutir à quelque chose.
Elle trouvèrent rapidement pourquoi les soit disant experts de l'inquisition n'arrivaient à rien, du moins soit disant, car en fait, elles se rendirent compte qu'il n'y avait aucuns sauvegardes de leur travail dans les disques dur des consoles, ce qui leur parut très étrange. En fouinant dans les recoins des cartes électroniques et autres supports informatiques composant les ordinateurs, elles trouvèrent des traces d'enregistrements et de transferts des données ainsi récoltées sur supports externes, avec tentative d'effacement des ceux-ci. Ces pourris de l'inquisition avaient essayé de leur faire croire qu'il n'arrivait à rien, alors qu'en fait ils leurs cachaient volontairement des informations, qu'elles étaient t'elles? Sainte Célestine demanda à une de ses suivantes de fouiller les corps pour trouver les enregistrements, seulement voilà, depuis le temps, les corps avaient été carbonisés et pétrifiés, afin d'en faire de la poudre recyclable.
Les hospitalières durent reprendre l'ensemble des travaux à zéro, ce qui allait prendre un temps considérable, il leur fallait des petites mains pour les aider dans leur tâche. Sainte Célestine leur trouva des hommes de main, des Spaces Marines, dix pour être précis. Ils étaient chargés de répondre à toutes les demandes des hospitalières, leur évitant ainsi de se déplacer trop souvent et donc de perdre du temps.
Les prélèvements reprirent, il fallait percer la glace au moyen d'un rayon laser, cela demandait une grande précision afin de ne pas brûler la peau, ce qui fausserait les résultats de prélèvements. Ensuite il fallait prendre une aiguille pour recueillir le sang, et un scalpels pour les échantillons de peau.
Les hospitalières devaient faire parler leur technicité et leur savoir faire pour extraire les données de tout ceci. Ce qui apparut rapidement c'est que la constitution des cellules du démons ne correspondaient en rien avec ce qu'elles avaient déjà étudié, les ramifications étaient extrêmement instables, et faites de génomes qu'elles ne connaissent pas. Ce qu'elles ont pu déduire est que le sang de cet être changé en fonction de son état psychique, il devient plus ou moins dense, ce qui décuple ses forces physiques et augmente sa résistance à la douleur, en outre, elles ne purent dire exactement comment et pourquoi. De ses tissus ressortir des éléments intéressants sur le plan militaire, en effet, ils procuraient une résistance hors du commun à son porteur, agissant comme une armure, lui permettant ainsi de résister à la douleur plus facilement, puisque dépourvu de système nerveux. Comment avait il était conçue et avec quoi? Ça malheureusement elles ne pouvaient le déterminer à ce stade, mais ce qu'elles avaient déjà extrait pouvait représenter une avancée technologique pour l'ecclésiarchie.
Fort de ces nouvelles Sainte Célestine rendu compte au guide qui se frottait les mains de ces découvertes, ils avaient enfin tiré les fruits de ces longues années d'expériences diverses et variées. Il leur fallait maintenant arriver à les mettre en œuvre afin d'augmenter leur puissance militaire face aux autres unités de la impérium, ce qui leurs permettraient de consolider leur forces cachées. En outre l'empereur devait être informé, qui de son trône d'or, malgré son piètre état physique, mais en pleine possession de ses facultés mentales, s'impatientait sérieusement. Les murs d'enceinte de l'ecclésiarchie empêchaient l'empereur de voir ce qu'il s'y passait, ils avaient été conçus pour ça , pour que leurs actes restent secret, et éviter l'incursion secrète des fortes puissances psychiques. Cependant ils ne dévoileraient pas toute l'ampleur de leur découverte, il fallait en préserver suffisamment pour assoir leur pouvoir, et demeurer la force sombre de l'Imperium, mais suffisamment pour calmer l'empereur et continuer de jouir de sa confiance.
En parallèle ils demandèrent à Sainte Célestine de mettre œuvres les travaux nécessaires à la conception d'un prototype d'armure à usage militaire, de plus, il était évident que les hospitalières devaient poursuivre leurs expériences afin d'en savoir davantage, et trouver une faille, une faille qui leur permettraient, peut être, de les tuer. C'est beau de rêver.

Pendant ce temps dans la grande salle de torture, BARRANDSK observait le nouveau va et vient sans pouvoir bouger. Il avait tout de même remarquer la nouvelle équipe, et surtout le fait que le soir il se retrouvait seul avec 10 personnes en armure bleue qui se tournaient les pouces quand ils étaient seuls. C'est à cet instant qu'il avait prit la décision d'agir, il savait que les hommes, quelqu'ils soient, de quelques origines qu'ils soient, étaient faibles, et aisément corruptible. Ce que les tenanciers des lieux ignoraient c'est qu'il avait développait des pouvoirs psychiques pendant ces années passées dans le Warp et surtout en faisant face aux psykers dans les différents monde qu'il parcouru jadis. Il avait acquis des capacités dans les domaines de la télékinésie, de la télépathie et de la biomancie, voire de la démonologie, il lui suffisait juste de trouver le bon pouvoir pour arriver à ses fins. En tant que seigneur de guerre, il mît en place une stratégie dans un unique but, sortir d'ici. Cependant avant de mettre son stratagème à exécution il lui fallait réfléchir un peu. Que faire ensuite, même si le désire de vengeance était omniprésent, il n'était pas de taille à lutter seul contre eux, il ne faisait pas le poids. Pour étancher sa soif de sang de nouveau, il lui fallait quelque chose d'essentiel, une armée, non pas une armée, des LEGIONS. Des LEGIONS qui lui permettrait de réveiller un allié de taille, le seigneur des seigneurs, le maître des maîtres, son unique dieux dont il est le serviteur le plus dévoué, KHORNE.
Comment pouvait il procéder pour se procurer rapidement les besoins dont il était nécessiteux, il lui fallait se servir des innombrables peuples qu'il avait combattu, de leur histoire, de leurs armes, de leurs technologies. Ensuite quel était la façon la plus simple et la plus rapide pour s'échapper de cet endroit et de commencer sa quête, dans la plus grande discrétion, car il savait bien, que d'en haut ses trois cibles n'allaient rien laisser au hasard, et surveilleraient tous ses faits et gestes. Mais il était loin de se douter que les trois dieux étant tellement enthousiaste après leur putsch, tellement aveuglés par leur liberté de jouir de leurs vices, qu'ils étaient loin de penser un moindre instant que BARRANDSK puisse s'échapper des mains de l'Imperium.

avatar
tof

Messages : 362
Date d'inscription : 18/04/2011
Age : 39
Localisation : saint fort sur le né

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum